À quoi ressemble les soupers à la maison? J’imagine que vous parlez de votre journée, que personne ne se coupe la parole, que tout le monde mange très bien et que personne n’essaie de se lever de sa chaise? Ouais… moi aussi j’aimerais bien ça. (J’aimerais aussi que mes assiettes soient aussi belles que dans les magazines mais ça, c’est une autre histoire…)

 

À quoi devrait ressembler l’ambiance des repas une fois passé la phase d’introduction des solides? Premièrement, sachez que c’est à vous de choisir vos propres règlements mais voici quelques pistes pour bâtir des bonnes habitudes comportementales à table. Une fois bien implantés, ces éléments favorisent l’écoute de l’appétit et l’atteinte de saines habitudes alimentaires.  

 

On ferme les écrans: Ça semble être l’évidence même mais je sais que ce n’est pas le cas partout et c’est souvent même involontaire. Dans beaucoup de maisonnée (chez ma grand-mère par exemple) la télé est allumée du matin au soir. On n’a donc pas l’impression d’écouter la télé mais elle est là et ses effets sont là aussi. Attention monopolisée par l’écran ou difficulté à se concentrer sur le repas, hâte de quitter la table pour aller l’écouter, surtout lorsqu’il s’agit d’émissions pour enfants. En quoi cela nuit-il aux habitudes alimentaires? Il est plus difficile de se connecter à nos signaux de faim et satiété et donc de manger la quantité juste d’aliments que notre corps a besoin à ce moment. Aussi, puisque le repas est souvent un temps d’arrêt dans des journées très occupées, ça permet de faire le point calmement sur la journée (ce n’est pas toujours comme ça que ça se passe mais éventuellement, ça le sera plus les enfants seront grands).

Pour les parents, c’est la même chose. Cellulaires et écrans nous empêchent de profiter du moment présent, ils détournent notre attention et bien sûr nous empêchent de montrer le bon exemple.

Si vous avez choisi de faire un repas ou une collation par jour devant l’écran pour faciliter le repas ou augmenter la rapidité de celui-ci, ça reste votre décision et personne n’a à juger ou non si c’est approprié. Mais une réflexion s’impose. Des enfants sont capables de prendre leurs 3 repas sans aucun écran car ils sont habitués à cette situation. Et comme tous changements, ça demande de la répétition, de la constance et beaucoup de patience.

 

Une chaise appropriée: Tant que bébé est dans sa chaise-haute, il ne quitte pas la table à tout bout de champ ni se tortille sur sa chaise. Mais toute bonne chose a une fin et à un moment, bébé ne voudra plus être dans sa chaise. La première étape serait d’enlever la tablette et le faire manger à la table comme les autres. Puis, le banc de type booster offre une très belle transition. Et si un jour, être attaché ne fonctionne plus, il faut songer à autre chose. Être à genoux, achat d’une chaise normale mais haute, ne pas être attaché dans le booster etc. Ici, nous avons trouvé une chaise plus haute, probablement faite à la main, dans une vente de garage. Ça fonctionne bien de 18 mois à 3-4 ans. Pour les plus vieux, ils sont en mesure d’apprendre à rester assis sans trop bouger…. mais c’est tout un défi et c’est difficile ici aussi.

 

Monter la table de manière à ne plus avoir à se lever: Un atout pour éviter d’avoir à se lever nous aussi, il est facilitant que tous les éléments du repas soient sur la table au moment de s’asseoir. Pichet d’eau, verres, ustensiles, débarbouillettes, sel, poivre et même le plat central au milieu de la table.

 

On demeure assis pendant le repas: Loin de moi l’idée d’imposer des règlements dans votre maison mais rester assis à la table devrait faire partie des objectifs du repas. Avec un seul enfant, ça peut être le fun de terminer le repas en tête à tête de parents mais avec 2 enfants ou plus, ça devient rapidement le chaos, d’autant plus que ceux qui partent influencent ceux qui n’ont pas terminé de manger… J’ai même remarqué que si un parent se lève (pour ramasser la table ou aller chercher un verre d’eau par exemple) il est plus difficile pour les enfants de rester assis. Alors on reste assis! Pourquoi? Beaucoup d’enfants préfèrent aller jouer que de manger, ça ne veut pas dire qu’ils n’ont pas faim. Rester à table leur permettra d’avoir la possibilité d’honorer leur appétit. Bien sûr, on ne demande pas aux enfants de rester assis pendant 1h de temps.

 

Ni trop court ni trop long: Combien de temps devrait durer le repas? Une fois assis à table, la majorité des aliments vont probablement être mangés dans les 10-15 premières minutes lorsque l’appétit est au rendez-vous (s’il y a des habitudes de chantage et bataille pour le repas, ça sera plus long mais bien entendu, on veut éviter ces situations). Sachant que nous devrions viser au moins 20 minutes afin de bien écouter la satiété et que certains enfants mangent plus lentement, il n’est pas exagéré ni impossible de viser 25-30 minutes incluant le dessert. Après 45 minutes ou plus de repas il sera très difficile de garder tout le monde à table. Quoi faire si le repas se prolonge à cause d’un seul enfant? S’il mange vraiment lentement, sans trop le presser, il est possible de l’inciter à manger un peu plus rapidement ou de l’aider. Si c’est long car “ça niaise” et qu’on doit user de toutes sortes de stratagèmes pour le faire manger enfant, il faut revoir le comportement (des parents) par rapport aux repas. Je parle ici de la division des responsabilités: les parents sont responsables du choix du repas et les enfants sont responsables de la quantité mangée. Pas de discipline ni chantage ni 2e choix de repas. Je sais que ce sujet demanderait un article au complet mais en réalité, ce sont des sujets que je vois en consultations privées.

 

La solution magique

Elle n’existe pas malheureusement. Comme tout enseignement des parents aux enfants, il faudra énoncer clairement les règlements/consignes, être constant à les faire respecter, répéter et être patient. Il faut le voir comme un entraînement, se pratiquer VS consignes/règlements/discipline/punitions.

 

L’utilisation d’un tableau de motivation, surtout lors de l’instauration des règlements est très utile. Les plus jeunes aiment recevoir des autocollants ou des bonhommes sourires ou n’importe quel autre incitatif. Pour les plus vieux, les autocollants récoltés peuvent être monnaie d’échange pour d’autres activités (ici ce sont des minutes de Ipad).

Si le tableau de motivation ne vous branche pas, vous pouvez décider en famille des règles du repas et les mettre bien en évidence dans la salle à manger (et les réciter comme une prière en début du repas 😆 ) pourquoi pas?

 

Voici les règles du repas que j’ai choisi à la maison:

  • On reste assis sur nos fesses
  • On mange bien selon notre appétit
  • Pas de chicane

Puisque j’ai des enfants plus vieux, la chicane frère/soeur est fréquente et j’inclus aussi dans cette catégorie d’autres comportements qui nécessiteraient une intervention des parents comme crier ou couper volontairement la parole.

Au niveau de l’enfant qui mange bien ou pas… C’est un sujet très difficile à décrire dans un article et même en conférence car il y a souvent tellement de facteurs qui entrent en jeu que les solutions viennent surtout lors de consultations individuelles. Mais je sais que la “belle ambiance de repas” est souvent gâchée par une bataille pour que l’enfant mange. En rafale quelques concepts pour vous aider: Le repas devrait être choisi par les parents, pas de deuxième choix. L’enfant choisi la quantité selon son appétit, ça peut être rien du tout comme 2 assiettes. Pas de chantage au niveau de dessert, il y a droit et ça devrait être des fruits en semaine, le voir comme un complément au repas. Demander souvent comment se porte leur appétit. On peut aider les enfants à manger s’ils acceptent. On lâche-prise pour le reste. Essayer d’instaurer les règles citées plus haut peut aider à améliorer aussi la façon de manger et les apports.

Alors voilà, je travaille fort à bâtir une ambiance repas calme et conviviale et bien que ça ne soit pas facile, j’apprécie quand même beaucoup ces moments en famille passés tous assis autour de la table. C’est rarement paisible ni relaxant mais c’est le fun, je vous le souhaite aussi 🙂

 

Rejoignez la famille Maman Mange Bien!

Vous êtes à 2 doigts d’obtenir de superbes ressources pratico-pratiques sur la nutrition de la famille. Inscrivez-vous à l’instant et obtenez le mot de passe pour ma boîte à outils réservé aux abonnés de mon infolettre.

Allez-voir votre boîte courriel pour terminer l'inscription et recevoir le mot de passe!