La grossesse est terminée et vous pouvez enfin manger de tout! Vraiment? Y a-til une alimentation particulière pour la femme qui allaite? Des aliments interdits pour l’allaitement ou des aliments à favoriser pour avoir plus de lait?

Peut-on manger des sushis lorsqu’on allaite?

Premièrement, oui, vous pouvez manger des sushis, des fromages et des charcuteries. Les risques de toxiinfection sont toujours présents avec ces aliments, mais il n’y a pas de risque pour le bébé allaité, puisque ces micro-organismes ne passent pas dans le lait maternel. 

Alimentation pour la maman qui allaite

La femme qui allaite n’a pas à suivre une diète particulière, mais elle a tout à gagner en mangeant bien, pour elle et pour le bébé. Premièrement, si l’accouchement a été difficile, long et avec une perte de sang importante, les premiers jours et semaines seront difficiles sur le plan de l’énergie. C’est à ce moment qu’on fait appel au conjoint, à la famille et aux amis pour la préparation des repas. Si vous souffrez d’anémie après votre grossesse ou votre accouchement, et que des suppléments de fer vous ont été prescrits, prenez-les. Vraiment. 

La multivitamine prénatale et postnatale peut être continuée quelques semaines ou quelques mois, surtout pour son contenu en fer, en calcium, en vitamine D et en acide folique. 

Bases de l’alimentation de la nouvelle maman allaitante

  • 3 repas par jour
  • 3 collations et même plus si vous avez faim la nuit
  • Boire beaucoup d’eau
  • Ajuster les portions selon l’appétit
  • Repas équilibrés comprenant une protéine riche en fer, des légumes et un féculent
  • La qualité des matières grasses consommées a un impact sur les types de gras contenus dans le lait maternel. C’est le moment de cuisiner le poisson, les avocats, les graines de chia, de chanvre et les huiles d’olive ou de canola. 

Prévenir la constipation

  • Boire beaucoup d’eau
  • Miser sur les végétaux ⁣­­­­: légumes, fruits, noix, graines, pains et céréales à grains entiers
  • Fruits en collation : frais, séchés
  • Légumes : quelques crudités ou une salade avec le repas en plus des légumes contenus dans le repas
  • Noix et graines : à inclure dans le déjeuner (chia, noix de Grenoble, pacanes) et les collations
  • Choisir du pain et des céréales à grains entiers
  • Ajouts très riches en fibres : céréales de son et de psyllium (All-Bran Budstm)
  • Pruneaux séchés ou compote de pruneaux

Puis-je faire un régime pour favoriser la perte de poids pendant que j’allaite?

Non! Les premiers mois avec votre bébé ne reviendront pas. Profitez de cette période pour vous reposer, pour vous habituer à cette nouvelle vie et pour bien manger. Les activités physiques extérieures ou en groupe font du bien au moral : ne vous en privez pas. Mais, s’il vous plaît, laissez les préoccupations au sujet du poids de côté. Le corps de la femme est fait pour concevoir des bébés. Il fait des réserves au bon endroit pour s’assurer d’avoir l’énergie nécessaire pour la grossesse et l’allaitement. Certaines femmes vont perdre rapidement leur poids de grossesse, alors que d’autres vont garder une petite réserve tant que l’allaitement perdure. N’essayez pas de jouer des tours à votre corps, mais travaillez plutôt avec lui. Manger des repas nourrissants, des portions selon votre appétit, des collations lorsque vous avez faim et reprenez l’activité physique tranquillement. Le corps va s’occuper du reste. L’allaitement n’est pas un régime miracle, mais produire du lait demande, certes, plus de calories.  Être en forme et se sentir bien n’est pas une question de calories. 

À éviter à tout prix : les régimes amaigrissants qui coupent des groupes d’aliments ou très hypocaloriques, qui peuvent nuire à la production de lait.

Alcool et allaitement

Disons-le tout de suite, il n’y a aucun avantage à boire de l’alcool en allaitant. L’alcool peut même avoir un effet négatif en diminuant la production de lait. Attention si vous êtes au tout début de votre allaitement. Doit-on éviter l’alcool à tout prix? L’alcool passe dans le lait maternel à une concentration équivalant à celle de votre sang. Le fameux «0,08» pour la conduite automobile s’applique aussi à l’allaitement, même qu’il vaut mieux ne pas viser ce degré d’alcoolémie. L’alcool consommé par la mère va être éliminée en environ 3 h. Il est donc souvent suggéré de boire pendant l’allaitement. Ainsi, le prochain boire serait presque sans alcool. Si vous allaitez aux 3 h, bien entendu! (Ça n’a jamais été mon cas, en passant, j’ai eu de gros buveurs!)

Comment gérer l’alcool et l’allaitement, alors?

  • Ne pas hésiter à prendre un verre lorsque vous en avez vraiment envie
  • Choisir un % d’alcool plus faible
  • Se limiter à une consommation
  • Limiter la fréquence de consommation
  • Espacer les boires du bébé

Caféine et allaitement

La caféine passe elle aussi dans le lait maternel. Faut-il laisser tomber le café? Habituellement, les bébés tolèrent bien une faible quantité de caféine. Par contre, une consommation excessive peut les empêcher de dormir ou les rendre irritables. Combien de cafés peut-on consommer lors de l’allaitement (quand bébé tolère bien la caféine)? Santé Canada recommande moins de 300 mg de caféine aux femmes enceintes, qui allaitent ou qui prévoient une prochaine grossesse. Une tasse de café filtre contient entre 100 et 175 mg de caféine. Il faut faire attention aux gros formats des restaurants : ils peuvent contenir plus de 300 mg de caféine! Les espressos et les cafés au lait contiennent souvent moins de caféine. En consommer 1 à 2 tasses par jour ne devrait avoir aucun effet sur votre bébé, mais vous permettre d’être un peu plus éveillée pendant quelques heures. 

Le thé noir contient environ 50 mg de caféine par tasse et le vert, 30 mg. Vous pouvez donc vous permettre quelques tasses de votre boisson préférée. 

Il est suggéré d’éviter les boissons énergisantes, qui contiennent beaucoup de caféine et d’autres plantes, qui ne sont pas toujours compatibles avec l’allaitement.

Attention à certaines tisanes qui peuvent diminuer la production de lait si elles sont consommées en grande quantité : sauge, persil et menthe poivrée.

Mot d’ordre : 1-2 cafés par jour max

Pour augmenter la production de lait lors de l’allaitement

Premièrement, aucun aliment, boisson ou produit naturel n’aura l’effet désiré si :

  • L’allaitement n’est pas bien instauré 
  • La prise au sein, appropriée 
  • L’allaitement, à la demande d’un bébé bien éveillé et exprimant ses besoins. 

Si vous avez besoin d’aide pour instaurer un allaitement, il est fortement suggéré de demander conseil à :

  • Marraines d’allaitement via un groupe de soutien local en allaitement
  • Cliniques d’allaitement
  • Consultantes en lactation (Ce sont des professionnelles formées en allaitement.)

Pour favoriser une bonne production de lait maternel :

  • Allaiter à la demande
  • Avoir une prise au sein efficace
  • Reconnaître les signes de faim de bébé
  • Manger et boire suffisamment, éviter les régimes

Certains produits naturels semblent augmenter la production de lait chez certaines personnes, comme le fenugrec et le chardon bénit, pris ensemble. La posologie indiquée dans les livres de référence en allaitement est souvent de 3 capsules, 3 fois par jour.  Demandez conseil à une conseillère en lactation, à une sage-femme ou suivez les directions sur l’emballage des suppléments. N’oubliez pas : s’il n’y a pas d’amélioration après quelques jours, c’est qu’ils ne sont pas efficaces pour vous. 

Sur le plan médical, si vous souffrez d’une production insuffisante de lait malgré les conseils énumérés ci-haut, consultez votre médecin. La dompéridone pourrait être indiquée dans votre situation.

Certains aliments ont la réputation de favoriser une bonne production de lait : l’avoine, l’orge, la levure de bière ou la bière sans alcool, bien que leur efficacité ne soit pas encore prouvée.

Voici une recette de biscuits de lactation contenant des aliments qui augmentent prétendument la production de lait. C’est un bon choix de dessert ou de collation, mais ne lui associez pas plus de propriétés que ça. 😉 

Télécharge la fiche résumé imprimable de l’article :

Alimentation et allaitement + recette du biscuit de lactation

Recette biscuit de lactation

  • 2 tasse (500 ml) de farine tout usage non blanchie, d’épeautre ou de blé entier
  • 1 c. à thé de poudre à pâte
  • 4 c. à soupe (¼ tasse-60 ml) de levure de bière  désamérisée
  • 1 c. à thé (5 ml) de sel
  • 3  tasses (750 ml) de flocons d’avoine
  • 4 c. à soupe (¼ tasse-60 ml) de graines de lin moulues
  • 6 c. à soupe (90 ml)  d’eau
  • 1 tasse (250 ml) de beurre non salé ou huile de noix de coco, ramolli
  • 1 tasse (250ml) de cassonade
  • 2 oeufs
  • 1 c. à thé (5 ml)  d’essence de vanille (facultatif)
  • 1 tasse (250 ml) de pépites de chocolat, de raisins secs ou de noix, au choix
  1. Préchauffer le four à 350 F, placez les grilles en haut
  2. Dans un bol, mélanger la farine, la poudre à pâte, la levure de bière, les flocons d’avoine et le sel, réserver.
  3. Dans un petit bol, mélanger les graines de lin moulues avec l’eau, réserver.
  4. À la mixette ou au batteur électrique, crémer le beurre et la cassonade. Ajouter les oeufs et la vanille si désirée. 
  5. À la cuillère de bois, ajouter le mélange de farine à celui du beurre ainsi que les graines de lin gélatinisées avec l’eau.
  6. Ajouter les pépites de chocolat, les raisins secs ou les noix. 
  7. À l’aide d’une cuillère, disposer la pâte sur 2 plaques garnies de papier parchemin ou d’une feuille de silicone. 
  8. Cuire au four pendant 12-15 minutes. Si vous faites les 2 plaques à la fois, changez-les de place à la mi-cuisson. 
  9. Cette recette est une adaptation de Bellybelly.com.au

Allaitement et coliques : quels aliments éviter pour limiter les gaz du bébé allaité?

Les coliques sont des pleurs intenses et prolongés du bébé, survenant généralement entre 0 et 3 mois, dont la cause peut s’expliquer par différentes théories, mais demeure parfois inconnue. 

Selon les cultures, il existe des aliments à favoriser ou à limiter lorsque le bébé souffre de coliques. Il est difficile d’en dresser la liste, puisqu’elle varie d’une communauté à une autre. Les aliments producteurs de gaz (choux, légumineuses, maïs) ne sont pas à éliminer, sauf si vous voyez un effet réel sur votre bébé. 

Allaitement

La façon d’allaiter peut avoir une influence sur l’arrivée du lait dans le système digestif du bébé et sur la façon dont il sera digéré. Allez chercher conseil auprès d’une ressource en allaitement si vous croyez être dans l’une de ces situations :

  • Réflexe d’éjection fort : le bébé s’étouffe, tousse, repousse le sein lorsque le lait arrive de façon puissante après quelques tétées, minutes ou secondes de tétées.

  • Production déséquilibrée : une très bonne production de lait s’accumule dans le sein entre les tétées. Le bébé reçoit donc un grand volume de lait moins gras que le lait de fin de tétée si le sein n’est pas vidé pendant le boire. Les symptômes peuvent ressembler à ceux du reflux.

  • Stimulation extérieure intense : le nouveau-né arrive dans le monde extérieur de façon assez brutale. Ce qui l’entoure n’est rien de ce qu’il a connu dans l’utérus. Certains bébés ont de la difficulté à vivre ce passage en douceur. Le principe du quatrième trimestre, suggéré par Harvey Karp, peut aider le bébé sur ce plan. Il s’agit de le traiter comme s’il était toujours dans le ventre de sa mère, soit de l’emmailloter à l’étroit, de chuchoter, d’effectuer des mouvements doux de balancier, d’offrir une tétée apaisante.

Reflux ou allergie :

Les symptômes du reflux gastro-oesophagien ressemblent beaucoup à ceux de l’allergie de type IV (intolérance) au lait de vache : régurgitations ou vomissements fréquents avec inconfort, problèmes de sommeil, difficulté à être couché sur le dos, pleurs intenses, gaz, ventre dur, douleurs possibles, comportement difficile au sein, sang dans les selles, etc. C’est au médecin de vous orienter vers un diagnostic en se basant sur l’historique médical. Un régime sans produits laitiers (et souvent sans soya) peut prendre 4 semaines ou plus avant de faire effet, mais des améliorations peuvent être visibles dès les premières semaines. Un essai permettra au médecin d’orienter encore mieux son diagnostic s’il y a réponse ou non au retrait des protéines laitières.

Puisque je vois régulièrement des mamans dont le bébé est intolérant aux protéines laitières et bovines, j’ai créé ce guide pour vous aider.

  • Sans lait ni soya – Régime d’éviction pour l’allaitement – Ebook

    $25.00 +tx

Juste des coliques…

Les premiers mois de bébé peuvent être difficiles sans qu’on en sache la cause. Si l’allaitement va bien, que bébé n’est pas allergique, ne fait pas de reflux et que vous avez tenté les principes du quatrième trimestre, il n’y a peut-être pas de cause. Allez chercher de l’aide et reposez-vous. Ce n’est probablement pas ce que vous aviez en tête en imaginant vos premiers mois avec bébé. Mais c’est loin d’être toujours facile. Courage!

Bébé pleure beaucoup, a des gaz, dort peu, semble avoir mal et a des symptômes de reflux… Avez-vous pensé à une allergie/intolérance aux produits laitiers? Parlez-en à votre médecin et n’oubliez pas que j’ai un guide complet pour vous accompagner dans un régime d’éviction sans produits laitiers ni soya.

Ressources en allaitement

Cliniques d’allaitement des CLSC ou de l’hôpital

Consultantes en lactation IBCLC

Groupes de soutien en allaitement : présents dans toutes les régions, contactez votre CLSC. Pour connaître le vôtre, consultez :

Nourri-Source

Ligue La Leche

Sites Web :

Dispensaire diététique de Montréal

Fondation OLO

Kelly Mom

Naître et grandir

Livres : 

Bien vivre l’allaitement : Annie Desrochers et Madeleine Allard

Mieux Vivre, section allaitement

Jeudi 16 juin, 9h00Conférence en ligne introduction des solides DME

Informations et inscriptions ici 

Pin It on Pinterest