Il y a quelques années, il était recommandé de retarder l’introduction des allergènes chez les enfants en vue de diminuer le risque de développer une allergie. C’était le cas en 2010 avec mon premier bébé, ma fille n’a reçu aucun allergène avant l’âge de 1 an. (je faisais ça comme il faut tsé!) Maintenant, il n’est plus recommandé de retarder l’introduction des allergènes, au contraire, une exposition précoce pourrait réduire le risque, surtout chez les familles à plus haut risque d’allergies (dont un membre de la famille souffre d’allergies alimentaires ou si présence d’eczéma sévère). Bébé doit donc commencer à goûter les aliments reconnus comme allergènes prioritaires dès l’introduction des solides, vers 6 mois. 

Pour les bébés à haut risque d’allergie (un membre de la famille est allergique ou si bébé fait de l’eczéma sévère ou de l’asthme) l’introduction des allergènes serait préférable entre 4 et 6 mois. Ce sont maintenant les positions officielles suite à de nombreuses études à ce sujet. 

En résumé: moment pour introduire les allergènes

  • Chez la plupart des bébés : à l’introduction des solides vers 6 mois
  • Chez les bébés à haut risque d’allergie: entre 4 et 6 mois

 

Quels sont les aliments allergènes

Les allergènes les plus fréquents chez les enfants sont :

  • les oeufs
  • les arachides (débuter avec eux)
  • le lait de vache
  • le soya
  • les noix
  • le blé
  • les poissons
  • les fruits de mer
  • graines de sésame
  • moutarde
  • sulfites (peuvent être introduits plus tard).

Revenons à moi en  2010 et à la façon traditionnelle d’introduire aliments solides, on introduisait tous les aliments un à un et ce pendant 3 jours de suite, pas seulement les aliments plus à risque d’allergie. Cette façon de faire est bien ancrée dans notre mémoire collective et encore suggérée dans plusieurs ouvrages sur le sujet. Le but d’introduire tout séparément est de pouvoir isoler facilement l’aliment s’il y a une réaction. Ce n’est donc pas une procédure nécessaire ni obligatoire. Je suggère fortement de procéder ainsi seulement pour les allergènes prioritaires. Les autres aliments peuvent être offerts simultanément en restant toujours attentif à des signes de réaction allergique. 

Comment introduire les allergènes chez les bébés?

Lorsque le bébé a débuté les solides, on peut introduire un aliment allergène (par exemple des arachides moulues dans les céréales ou dans une galette si le bébé fait la DME) en respectant la règle des 3 jours, soit d’offrir l’aliment pendant 3 à 5 jours et de noter les signes de réaction allergique. Si le bébé réagit bien, il est important de continuer à lui offrir cet aliment régulièrement (environ 3 fois par semaine) afin de maintenir une tolérance. On peut ensuite introduire un autre allergène et ainsi de suite. Parallèlement, le bébé peut aussi recevoir d’autres aliments moins allergènes tels que les fruits, les légumes et les viandes.

Les oeufs peuvent être offerts brouillés (blanc et jaune mélangés) seuls ou mélangés à de la compote. Pour les bébés en dme, une omelette en lanière est souvent très appréciée.

Le beurre d’arachide (choisir le naturel) étant un aliment collant, il gagne à être offert mélangé à une compote ou des céréales de bébé. Attention, si votre bébé est couvert d’eczéma, il est mieux de ne pas le laisser jouer avec une rôtie tartinée de beurre d’arachide! En effet, la peau étant n’étant pas une bonne barrière immunitaire, elle peut augmenter les risques d’allergies. Il vaut mieux aider le bébé et s’assurer que les arachides se rendent dans la bouche puis au système digestif.

Les réactions possibles si l’enfant est allergique à un aliment sont:

Cutané : plaques rouges, enflure, urticaire, eczéma

Digestif : vomissements, diarrhées

Respiratoire : asthme, enflure de la bouche, lèvres, gorge et difficulté à respirer

Changement de l’état général, pleurs

 

À noter que ces réactions se produisent dans les 20 à 30 minutes suivant l’ingestion de l’aliment.

Si une réaction allergique se produit, contactez immédiatement le 811 ou le 911 si l’état empire et que vous craignez pour la santé de l’enfant.

Pour savoir quoi faire en cas de réaction allergique, ma collègue secouriste a créé une trousse de survie, disponible dans ma boutique en ligne

Un mot sur le lait de vache et les produits laitiers

Le lait de vache est un allergènes très fréquent chez les enfants mais il est aussi souvent responsable d’une intolérance plus ou moins facile à diagnostiquer et à nommer (allergie non IgE médiée de type IV ou  intolérance aux protéines bovines/ lait de vache). Si l’allergie au lait de vache est une réaction du système immunitaire et entraîne les réactions telles que énumérées ci-haut, l’intolérance va surtout causer des symptômes d’ordre digestifs: reflux, pleurs, douleurs au ventre, inconfort, sang ou mucus dans les selles. Le médecin fera un diagnostic en se basant sur les symptômes et l’essai du retrait de l’aliment responsable  (allaitement sans produit laitier pour la maman ou une préparation hypoallergène).

Donc, si votre bébé est déjà intolérant aux protéines de lait de vache ou à un autre aliment, il est suggéré de ne pas l’introduire avant l’âge de 9 mois ou plus, selon les directives du médecin. Pour les bébé n’ayant jamias présenté de signes d’intolérance, le lait et les produits laitiers peuvent être introduits dès 6 mois afin de vérifier s’il y a une réaction allergique. Cependant, le lait de vache ne doit pas être offert pour boire au bébé de moins de 9 mois, il ne convient pas à bébé car il est trop riche en protéines et ne contient pas de fer.  Le lait maternel et la préparation pour nourrisson sont les meilleurs choix essentiels jusqu’à 9 mois et même jusqu’à 12 mois (le lait maternel reste le meilleur choix tant que l’allaitement se poursuit, jusqu’à 2 ans ou plus).

 

Qu’en est-il du fromage et du yogourt dans l’alimentation de bébé de 6-12 mois?

Je suggère de ne pas exagérer sur le yogourt et le fromage avant l’âge de 9 mois, ils sont bourratifs et faibles en fer. Ils peuvent être utilisés dans les recettes, mais évitez de les offrir seuls pour compléter un repas. Par exemple, on peut faire une sauce à base de yogourt nature pour accompagner le poulet, mais on évite d’offrir du yogourt en dessert régulièrement. Même chose pour le fromage, il peut être intégré dans les recettes (en modération, contient du sel), mais on évite d’en offrir pour compléter un repas. On visera plutôt les protéines riches en fer. 

Si vous avez besoin de plus d’information sur l’introduction des solides par l’alimentation autonome du bébé, j’ai un atelier en format Webinaire complet ainsi qu’un livre numérique sur l’introduction des solides dans ma boutique en ligne.

Télécharge les fiches complémentaires imprimables :

Comment couper les aliments pour la DME

Jeudi 16 juin, 9h00Conférence en ligne introduction des solides DME

Informations et inscriptions ici 

Pin It on Pinterest